Actualités

Les maladies parodontales : causes, conséquences et traitement

Les maladies parodontales : causes, conséquences et traitement
Très fréquentes, les maladies parodontales restent cependant méconnues par les français. On considère qu’elles concernent pourtant la moitié des sujets adultes dans notre pays. Et leurs conséquences peuvent être graves et irréversibles sur la santé des patients.

Maladies parodontales : des maladies infectieuses à prendre au sérieux

Ces maladies infectieuses sont dues à la présence d’agents pathogènes contenus dans la plaque dentaire formée entre la gencive et la dent.  Une masse microbienne importante peut à terme attaquer le parodonte à travers le sillon gingivo-dentaire (zone d’équilibre entre la dent et la gencive).

On distingue deux types de maladies parodontales, qui correspondent à deux stades de l’évolution de l’inflammation puis de l’infection de la gencive.

 

La gingivite

Très fréquente chez les patients adultes (une personne sur deux en France), la gingivite est une inflammation causée la plupart du temps par une mauvaise hygiène dentaire. La gencive atteinte se manifeste par sa couleur rouge et son aspect gonflé et lisse. Les brossages sont douloureux et provoquent facilement des saignements en raison de la sensibilité de la gencive.

Les causes de la gingivite sont variées. Une hygiène dentaire peu rigoureuse, un brossage incomplet des dents permettent à la plaque dentaire et au tartre de s’accumuler, et de déclencher l’inflammation. Mais d’autres circonstances peuvent être à l’origine d’une gingivite. C’est le cas notamment des modifications hormonales lors d’une grossesse. Le tabac, l’alcool ainsi que la prise de certains médicaments tels que les antidépresseurs sont également identifiés comme des facteurs déclenchants d’une gingivite.

 

Traitement de la gingivite

Le traitement de la gingivite est effectué au niveau local par le dentiste, qui réalise un détartrage complet. Par la suite, le patient devra effectuer un brossage minutieux des dents et avoir recours à du fil dentaire pour nettoyer les zones interdentaires et éliminer la plaque. Le rinçage via un bain de bouche antiseptique est également recommandé.

 

La parodontite

Une gingivite non traitée peut déboucher sur une aggravation de la maladie parodontale qui va alors attaquer directement le parodonte et provoquer l’inflammation des tissus de soutien de la dent.  La parodontite se caractérise notamment par la formation d’une poche parodontale au niveau de la racine de la dent, au sein de laquelle les bactéries vont proliférer. L’os alvéolaire, directement exposé à l’infection, va alors se résorber face au développement microbien. Cette perte osseuse  est généralement associée à une récession gingivale.

Ce stade de la maladie parodontale est particulièrement préoccupant  car la perte de l’os alvéolaire, qui soutient les dents, les ligaments et les tissus, est irréversible.

Les conséquences sur les dents mais également la santé du patient sont potentiellement graves : déchaussements des dents, pertes de toutes les dents, prolifération des bactéries dans l’organisme à travers le tissu gingival pouvant entraîner des complications sérieuses (maladies cardio-vasculaires, diabète, accouchements prématurés…).

On estime que 25 % des français souffrent de parodontite.

 

Traitement de la parodontite

Le traitement de la parodontite est nécessairement plus long et plus complexe que celui d’une gingivite.

Le chirurgien-dentiste effectue généralement un bilan prophylactique au cours d’une première consultation. Ce diagnostic basé sur des tests salivaires voire bactériens va permettre au praticien d’identifier les microbes pathogènes en vue de prodiguer le traitement le mieux adapté.

Par la suite, le praticien va employer des méthodes classiques telles que le détartrage et le polissage des dents atteintes.

En cas de présence de poches parodontales importantes, et s’il devient nécessaire d’opérer,  le chirurgien-dentiste peut avoir recours au surfaçage radiculaire, qui consiste à traiter directement les racines afin d’éliminer les bactéries en utilisant des instruments à ultrasons.  Une fois la gencive débarrassée de la poche parodontale, la gencive va alors pouvoir ré-adhérer à la dent. Un traitement chimique à base d’antiseptique peut être prescrit pour accélérer la guérison.  

Le déchaussement des dents peut être restauré par le biais de deux interventions complexes que seuls des chirurgiens-dentistes compétents peuvent maîtriser :

 

-       La régénération tissulaire guidée : cette intervention consiste à stimuler les cellules du patient pour réparer les lésions au niveau de la gencive et éradiquer les effets destructeurs de la maladie parodontale.

 

-       La greffe gingivale : elle consiste à redonner de l’épaisseur et de la hauteur à la gencive dans le but de freiner la récession gingivale. Le praticien prélève un fragment de gencive ou de palais afin de le greffer au niveau des racines dénudées et restaurer les déchaussements.

 

Si la perte osseuse est importante, le chirurgien-dentiste peut employer des matériaux de substitution osseuse – appelés bio-os - dans le but de combler les poches parodontales et de restaurer les pertes osseuses de la gencive engendrées par la parodontite.

En savoir plus sur la chirurgie parodontale.

 

Par Edouard Ouzen, docteur en chirurgie dentaire à Vélizy-Villacoublay. 

Article écrit par Administrateur Dr Ouzen Lundi 18 mai 2015